La fiscalité est une fonction en perpétuelle évolution et au croisement de nombreuses autres fonctions de l’entreprise. Le fiscaliste est donc un professionnel polyvalent, ayant des compétences juridique et financière, qui se doit d’être très créatif, réactif et proactif !

Il accompagne son entreprise en s’assurant du respect de ses obligations légales, en suivant la charge fiscale des opérations, en apportant son soutien aux opérationnels et à la direction générale (s’agissant aussi bien des opérations courantes qu’exceptionnelles)  et en intervenant pendant les contrôles fiscaux.

Le fiscaliste cumule 4 compétences principales :

  • Compliance officer : il s’assure de la bonne conformité aux différentes législations. Il identifie, évalue et contrôle le risque fiscal.  Selon l’organisation de l’entreprise, sa nationalité et son secteur d’activité, il peut parfois être également responsable du dépôt des liasses fiscales et d’autres opérations de compliance comptable.
  • Financier : le fiscaliste contribue au suivi des indicateurs liés à la charge fiscale dans sa globalité. En fonction de la taille des équipes, il s’assure de l’exactitude des calculs d’impôts et analyse les répercussions comptables et financières des opérations courantes et futures. Il est notamment responsable de l’analyse de la charge d’impôts consolidée du groupe et de son suivi.

  • Juriste : pour ce faire, le fiscaliste met en place une veille législative et analyse les nombreux textes fiscaux français et internationaux applicables aux opérations de l’entreprise. Il communique sur les enjeux et conséquences des opérations envisagées par les opérationnels et la direction générale.

  • Risk manager : le fiscaliste est force de proposition sur les politiques et stratégies du groupe. Il met en avant les risques et opportunités de chaque projet afin de défendre les intérêts financiers de l’entreprise mais également sa sécurité juridique et sa responsabilité sociale.

Ses partenaires sont nombreux tant en interne qu’en externe. Dans l’entreprise, il a un rôle transverse tant vis-à-vis des autres fonctions support qu’avec les opérationnels. En externe, il assure l’interface avec les auditeurs, pilote conseils et avocats sur les divers projets de l’entreprise. Par ailleurs il entretient les relations avec les administrations fiscales : c’est le point de contact privilégié entre l’entreprise et les services techniques (DLF, bureau des agréments….).

Ces dernières années, le métier de fiscaliste s’est complexifié en raison de l’inflation des règles fiscales édictées (françaises et internationales), de l’intérêt médiatique aux sujets fiscaux, de l’informatisation de la gestion fiscale et de la rapidité d’exécution des décisions qui s’imposent à nos entreprises.

Business partner et participant à la création de valeur de l’entreprise, la fonction fiscale devient de plus en plus une fonction stratégique. Elle se positionne au niveau des comités de direction finance ou secrétariat général.